FORMATIONS 
 INITIALES ET CONTI
NUES  

Les visages dans les coulisses des professions

" C’est l'art de partager un autre regard sur l'éducation à l'environnement durable. " 

Chantal Stegmuller Darriulat est fondatrice de l’Artboristerie et a obtenu le CAS en Éducation à l’environnement par la nature délivré par SILVIVA et HEPIA. Dans l'interview, elle parle de ses activités professionnelles et des raisons pour lesquelles elle a choisi le CAS en Éducation à l’environnement par la nature (CAS EEN).

OdaUmweltPhotos-20.jpg

Chantal Stegmuller Darriulat en conversation avec ecoprofessions.ch (Photo: OrTra Environnement / Neoviso)

 

Pourquoi as-tu choisi cette formation ?

Le choix de cette formation était évident pour moi, et toujours d'actualité. Parce que j'avais besoin d'avoir, de connaître plusieurs approches pédagogiques, aussi des outils pédagogiques, à l'extérieur, sur le terrain, donnée par des personnes professionnelles, de haute qualité professionnelle. Certaines de ces personnes ont même écrit des ouvrages très intéressants. Cette formation m'a permis, en 2012, de faire une reconversion professionnelle dans l'éducation au développement durable. On m'a proposé un poste de cheffe de projet "éducation et sensibilisation" dans un Parc naturel régional, et depuis 2016 je suis devenue indépendante et en 2019, je suis devenue complètement indépendante avec l'Artboristerie.

Avec cette formation, as-tu pu atteindre tes objectifs, les buts que tu t'étais fixé, ce que tu visais ?

Les objectifs, j'ai pu les atteindre complètement. Quand on est entrepreneuse indépendante, ces objectifs sont développés au fur-et-à-mesure de mes connaissances, de mes expériences et bien-sûr des mandats que je choisi.

A ton avis, quelles sont les principales évolutions qui vont animer ton domaine à l'avenir ?

Je pense que la formation à enseigner dehors va extrêmement se développer ces prochaines années, il y a beaucoup de demandes par rapport à ça, mais il y a aussi beaucoup de demandes par rapport à l'élaboration de parcours ou de sentiers didactiques et pédagogiques en lien avec le Plan d'études romand (PER), mais qui sont en totale imprégnation avec les richesses naturelles, culturelles et paysagères des lieux. Tout ça bien-sûr dans le contexte de la durabilité. Je pourrais encore dire qu'il y tout le côté développement d'entreprise citoyenne et de tourisme durable.