FORMATIONS 
 INITIALES ET CONTI
NUES  

Les visages dans les coulisses des professions

" Si nous parvenons à enthousiasmer les gens pour la nature, nous aurons déjà pratiquement atteint notre objectif. " 

Stefan Steuri possède une formation de gardien d’animaux sauvages et a terminé sa formation de Ranger au CEFOR Lyss en 2014. Aujourd'hui encore, il combine ces deux tâches dans son travail quotidien. Il travaille à temps partiel comme Ranger dans le parc naturel de Gantrisch, mais aussi comme gardien d’animaux sauvages au zoo du Dählhölzli et au Parc aux ours de Berne. Dans cette interview, il parle de sa motivation, de sa carrière et de la pression croissante exercée sur la nature.

Stefan Steuri en conversation avec ecoprofessions.ch (Photo : OdA Umwelt / Neoviso)

 

Qu’est-ce qui te passionne le plus dans ton travail ?

L’intérêt pour la branche verte, pour la nature, incitent à exercer la profession de Ranger.

Ce qui me plaît le plus, c'est que je peux travailler dans la nature. Mais c’est aussi le sens de mon travail : quand je rentre chez moi le soir, j'ai le sentiment d'avoir fait quelque chose de positif. Cela m'inspire.

Pour quelle raison as-tu choisi cette formation continue ?

Je referais immédiatement la formation de Ranger proposée par le CEFOR Lyss, car elle est très utile si l'on veut travailler professionnellement à l’extérieur.

Pour les tâches que nous devons effectuer dans la nature aujourd'hui, pour s’approcher des gens, il faut avoir une formation professionnelle. De mon point de vue, la formation dont nous avons besoin, c’est justement celle de Ranger.

J’ai tout d’abord suivi une formation de gardien d’animaux sauvages et de chasseur. Puis, j’ai travaillé comme surveillant de réserve naturelle dans le canton de Berne. La suite logique était de m’inscrire à la formation de Ranger afin de pouvoir exercer cette activité de manière professionnelle.

Y a-t-il un projet favori sur lequel tu aies travaillé ?

La profession de Ranger est encore très jeune et pas encore solidement établie. Le meilleur projet pour moi, c’est donc de travailler chaque jour à la reconnaissance de cette profession. Nous sommes encore en train de construire cette profession et nous pouvons encore influencer son orientation. C'est justement ce qui fait la beauté de la profession de Ranger : le fait qu'elle évolue toujours. La profession existe depuis moins de 100 ans et pourtant tout le monde dit que tout est fait comme il y a 100 ans. La profession est encore en pleine évolution. 

Où trouves-tu la motivation et l’inspiration pour ton travail ?

Ce qui me motive dans mon travail, c'est que j'ai le sentiment que notre travail nous permet de réaliser quelque chose,

Notre plus belle réussite‚ c’est d’enthousiasmer les gens pour la nature.