FORMATIONS 
 INITIALES ET CONTI
NUES  

Les visages dans les coulisses des professions

"La pensée à court terme en économie et en politique détruit beaucoup de choses." 

Sebastian Bosson a travaillé commeété professeur d'anglais en Amérique du Sud et comme vigneron et œnologue en Suisse romande. Aujourd'hui, il veille à ce que les considérations de durabilité jouent un rôle dans la réalisation d'un projet de parc de surf et de loisirs. 

Sebastian Bosson dans son agence de voyage à Zurich (Photo : Michael Heger)

 

M. Bosson, que faites-vous professionnellement? 

Je travaille sur un projet appelé "Wave Up Surf und Freizeitpark" à Regensdorf, que nous voulons réaliser jusqu'end’ici 2023. Il s'agit d'un parc de surf avec des murs de rochers, un skate park, un terrain de beach volley, un jardin, une piscine naturelle, etc. Une société de marketing est également née de ce projet. Je fais partie de la direction ici. Nous avons également fondé l'agence de voyage "Sundden Rush". Elle est", spécialisée dans le surf. Ici aussi, je fais partie de la direction.

Un métier vous faisait-il rêver quand vous étiez enfant?


À l'école primaire, je voulais être professeur de gymnastique.
 

Comment en êtes-vous venu à votre métier actuel?

Si on m'avait dit il y a dix ans ce que je ferais aujourd'hui, je ne l'aurais pas cru. J'ai toujours voulu rester dans le sport. A l'origine, nous avons fondé une association pour vivre notre passion du surf. L'aspect monétaire n'a jamais été une priorité.
Après l'école secondaire, j'ai suivi un apprentissage de vendeur au détail dans un magasin de sport spécialisé dans la planche à voile et le snowboard. J’ai continué avec une maturité professionnelle et un diplôme en économie, mais je ne pouvais pas vraiment m'identifier à la matière. J'ai donc abandonné les études. Après une pause dans le surf, j'ai travaillé trois ans dans l'industrie du sport, au service clients et dans le marketing, tout en suivant diverses formations complémentaires. J’ai ensuite voyagé six mois en Amérique du Sud, où j'ai également effectué une mission de volontariat dans une école. J'ai enseigné l'anglais, la natation et l'écologie aux enfants. De cette expérience est né le désir d'une activité qui ait du sens. Ensuite, j'ai décidé de faire un stage de vigneron et d'œnologue en Suisse romande. Entre-temps, Wave Up fonctionnait déjà sur la base du volontariat. À un certain moment, nous avons dû décider si nous devions mettre toute notre énergie et notre travail dans ce projet ou l'abandonner. J'ai décidé de faire le projet. Comme une mise en œuvre durable du projet était très importante pour moi, j'ai décidé d'obtenir une licence à la Sumas (Sustainability Management School) afin de pouvoir apporter un savoir-faire en matière de durabilité à Wave Up.

 

Selon vous, qu'est-ce qui a finalement été décisif pour votre carrière? 


Je pense que tant qu’on ne sait pas ce que l’on veut faire professionnellement, il faut faire le maximum d’expériences. Il faut sortir de sa zone de confort aussi souvent que possible, car chaque expérience nous apprend énormément. Le surf, par exemple. Vous êtes très proche de la nature et vous voyez la quantité de plastique qui traîne partout. En tant que surfeur suisse, vous devez naturellement vous rendre à l'étranger pour pratiquer ce sport. Ce faisant, j'ai fait connaissance avec de nombreuses cultures différentes qui abordent l'écologie de manières très différentes. Un pays prospère comme la Suisse peut se permettre de s'occuper de durabilité et d'écologie, d'autres pays doivent faire face à d'autres problèmes, et l'environnement joue encore un rôle mineur. 
Mon séjour à Bali a été une expérience intéressante. Le tourisme génère une grande partie des revenus du pays. Bali est donc obligée de garder ses plages propres et de protéger les récifs coralliens. Sinon, les touristes ne viennent plus.

 

À quoi ressemble une journée lambda dans votre vie professionnelle?

Mes journées sont très variées. D'une part, elles consistent en diverses réunions avec des planificateurs spécialisés, des architectes, des municipalités et des planificateurs de l'eau. Ensuite, il y a beaucoup de travail de bureau à faire. Cela inclut la planification stratégique, les problèmes de liquidité ou les rendez-vous d'affaires avec des partenaires de voyage. Le soir, il y a souvent une réunion avec les membres du club.

 

Et à quel égard la question de la durabilité joue-t-elle un rôle?


Au cours de ma formation, j'ai réalisé que l'on ne faisait pas grand-chose dans le monde des affaires si les mesures de durabilité ne réduisent pas également les coûts. Maintenant, je suis moi-même directeur d'une entreprise de voyage. Bien sûr, les voyages en avion en font partie. Dans ce cas, nous avons pour mission de découvrir comment une agence de voyage veut prendre position sur cette question et comment les voyages peuvent avoir un impact écologique et économique positif.
Deux exemples concrets: Nous lançons des défis aux employés, où chaque mois un employé doit réfléchir à une mesure écologique et la mettre en œuvre. Nous travaillons également avec deux ONG. Les clients peuvent compenser leurs vols avec nous. L'argent va ensuite directement aux ONG, qui l'utilisent pour divers projets: distribution de nourriture aux nécessiteux, nettoyage des plages, etc.

 

Quel est l'aspect le plus difficile de votre travail?


Pour une petite start-up dans un sport de niche, il est difficile de se positionner sur le marché. Cela demande de l'endurance et de la persévérance.

Le quotidien professionnel de Sebastian Bosson est très varié (Photo : Michael Heger)

 

Où trouvez-vous la motivation et l'inspiration pour votre travail?

A travers de nombreuses conversations avec d'autres personnes. Dans notre travail quotidien, nous nous trouvons souvent dans une bulle et ne voyons plus que les difficultés. Vous risquez d'oublier tout ce que vous avez déjà accompli. Lors d'un événement ou d'une manifestation similaire, il est bon d'obtenir des réactions positives de l'extérieur. Les petits succès ont été très importants pour ne pas abandonner quand nous avons rencontré de grands obstacles. Une grande motivation est aussi le travail dans le groupe. Nous nous soutenons et nous nous motivons mutuellement. Un autre "moteur" important est que notre motivation ne vient pas de l'aspect monétaire, mais de la passion pour le projet, pour le surf.

 

A partir de quelles sources sur Internet obtenez-vous des informations sur l'environnement ?


Il y a beaucoup de bons documentaires sur Netflix. Je viens de regarder "Chasing Coral" pour la quatrième fois. Je recommande également toutes les saisons de Planète Terre de David Attenborough.

Et puis les sites du WWF, de Greenpeace et d'Ocean Care. Je visite aussi souvent la plateforme web du "Guardian". Ils disposent d'une vaste section sur les questions environnementales et font d'excellentes recherches. Je travaille également en réseau sur Instagram et Linkedin afin de pouvoir y obtenir des informations. Je garde aussi un œil sur la B-Corporation. Il s'agit d'une feuille de route et d'un certificat pour les entreprises durables. B-Corp s'efforce de rendre quelque chose  à l'environnement et à la société en construisant une entreprise rentable.

 

Quelles tendances influenceront le plus votre industrie dans un avenir proche?


La numérisation. Nous connaissons personnellement toutes les destinations que nous organisons dans notre agence de voyage. Un algorithme lit simplement quelque chose selon certains critères, sans aucune recherche derrière lui. Le numérique peut également entraîner des pressions et des demandes excessives. Vous pouvez constamment voir sur Instagram qui voyage où et pratique quelles activités. S'évader et se détendre est exactement ce que nous voulons réaliser avec notre parc d'attractions.

 

Avec quelle personne aimeriez-vous travailler un jour?

Avec Jim Jannard, le fondateur d'Oakley. Il n'est peut-être pas un grand spécialiste de la durabilité, mais j'aimerais lui parler de la façon dont il conçoit ses innovations et parvient à les positionner au sommet du marché. 
Une autre personne avec laquelle j'aimerais travailler est Yvon Chouinard. J'aimerais savoir comment il a réussi à inspirer tant de gens avec sa passion pour l'environnement, et comment il a réussi à lancer une entreprise prospère. J'adorerais faire de la randonnée ou de l'escalade avec lui.
Et puis il y a Simon Sinek, un orateur et un auteur doué. Du point de vue humain, il est une grande source d'inspiration pour moi. Si l’on ne sait plus quoi faire, il a de bonnes idées pour continuer à travailler sur soi.

  

Y a-t-il un livre que vous aimeriez recommander aux personnes intéressées par la durabilité?

Je pense à "Growing a Business" de Paul Hawken. Cet Américain a importé d'Angleterre des outils de jardinage de haute qualité et créé une entreprise durable. Un autre livre intéressant est "Doughnut Economics" de Kate Raworth. Elle y montre que nous devons mettre un terme à la croissance incontrôlée de l'économie. Nous devons accepter qu'il suffit qu'une entreprise atteigne une taille qui lui convient et qui ne nuit à personne. La réflexion à court terme sur le rendement dans les affaires et la politique détruit beaucoup de choses.

Liens :

Sustainability Management School Sumas 

 

Suggestion de lecture :

Growing a Business

Doughnut Economics

The Guardian


Suggestion de film :

Chasing Coral

Planet Earth

Acteurs et organisations cités :

B-Corp

WWF

Greenpeace

Ocean Care

Wave Up Surf und Freizeitpark

Agence de voyage Sudden Rush

 follow us

Les dernières nouvelles du secteur de l'environnement directement dans votre boîte aux lettres électronique – avec le bulletin d'information de l’Ortra Environnement
 ©2020 Ortra Environnement